Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Univers habitat

  • Réalisation d'un plan de jardin

    Ce plan, souvent fastidieux à réaliser, peut paraître trop abstrait par rapport à la réalité du terrain. Il reste toutefois indispensable, surtout dans le cas d'un jardin vierge, car il permet d'éviter les tâtonnements sur le terrain, et donc le passage répétitif des machines pour corriger les changements d'idées.

    plan-jardin.JPG

    Etapes de réalisation du plan de jardin

    Commencez par vous procurer le plan de votre jardin (les mairies vous fournissent un plan précis, avec les dimensions exactes de votre parcelle). Retracez les contours du jardin, ainsi que tous les éléments existants (murs, arbres, rivière...) à l'encre.

    Puis, à l'aide d'un crayon, amusez vous à dessiner le jardin de vos rêves, en respectant les proportions. N'hésitez pas à gommer et à recommencer plusieurs fois, jusqu'à obtenir un tracé satisfaisant et réalisable.

    Prévoyez les chemins d'accès, les buttes et bassins à créer, le système d'irrigation à installer (faites éventuellement dessiner un plan supplémentaire par un spécialiste), le tracé des massifs, la place pour le mobilier de jardin, l'accès aux différents massifs pour en assurer l'entretien...

    Matérialisez les quatre points cardinaux. Cela vous indiquera l'exposition de chaque massif, ainsi que l'ombre fournie par les arbres.

    On peut réaliser un premier plan indiquant le tracé de chaque massif, chemin, escalier...voir ici pour des exemples https://www.pinterest.fr/explore/plan-jardin/

    Un second plan pour l'irrigation peut être judicieux. Enfin, la réalisation d'un troisième plan indiquant l'emplacement et le nom des plantes voisines permet de connaître la quantité exacte des différentes espèces à acheter. Pour cela, il faut connaître l'envergure de chaque variété (la distance de plantation à respecter entre chaque plante nous indique l'envergure d'une plante adulte).

    Pour être certain d'avoir choisi des plantes présentant une succession de floraison satisfaisante, il peut être intéressant de faire quatre plans, un pour chaque saison.

    Lorsqu'on a le temps, la réalisation de ces plans en couleurs (en respectant la couleur des fleurs) permet par la même occasion de s'assurer que l'on a respecté l'association des couleurs.

  • Comment faire un coffrage en plaque de plâtre

    Introduction :

    Vous avez de la tuyauterie apparente ou un  élément à cacher ? Un coffrage sera la solution la plus appropriée.

    Un coffrage peut se faire avec de multiples matériaux. Le plus répandu est la plaque de plâtre. Source d'information : http://www.maison-daqui.fr/plaquiste-perpignan-66/

    platre.JPG

    Préparation du coffrage  :

    La première chose à effectuer pour un coffrage est de bien prendre le temps de préparer la mise en place.

    Pour cela, sur chaque mur et horizontalement, tracez au crayon la longueur souhaitée à l’aide d’un niveau. Puis, faites un tracé vertical en vous aidant  d’un cordeau à tracé. Ces marquages seront utilisés comme guide au cours de la pose.

    Les plaques de plâtre ne se fixant pas à même le mur, une structure est impérative. Il en existe de différentes sortes. Les plus communes sont les rails pour plaque de plâtre et les tasseaux. Pour cette démonstration, nous utiliserons des tasseaux.

    Prédécoupez le tasseau de la longueur que vous souhaitez pour obtenir votre coffrage.

    Reportez la largeur de votre tasseau sur votre tracé vertical. Puis, décalez le tasseau et faites des repères qui seront très utiles pour que les perçages soient alignés.

    Pose :

    Vous pouvez commencer à percer au niveau de vos marquages et y placer des chevilles. Vissez au niveau de vos repères et faites sortir les vis de quelques millimètres.  Fixez au mur vos tasseaux.

    Faites de même sur l’autre mur.

    Coupez vos plaques de plâtre selon les longueurs et largeurs désirées. Avec un tasseau identique à ceux fixés au mur, assemblez les deux morceaux préalablement coupés.

    Pour fixer le tasseau, déposez une des deux pièces de plaque de plâtre sur deux tasseaux dont l’un n’est pas utile dans l’assemblage. Calez le tasseau. Puis, vissez  avec des vis spéciales plaque de plâtre, le tasseau et la pièce environ tous les 20 cm.

    Vissez l’autre morceau. Ce dernier doit venir se placer au bord de l’autre pièce de plaque de plâtre. Puis vissez en suivant le même parcours que la première pièce.

    Votre coffrage fait, fixez-le à la structure murale. Vissez toujours avec des vis spéciales plaque de plâtre.

    Le coffrage est définitivement fixé au mur.

    Finition :

    A l’aide d’un couteau à enduire, remplissez d’enduit-colle les espaces vides de chaque angle. Puis lissez.

    Afin que les jointures soient plus résistantes, posez dans chaque angle, entrant et sortant, une bande à plaque de plâtre préalablement trempée dans l’eau. Cela permettra une accroche directe.

    Pour finir, appliquez de nouveau de l’enduit colle pour sceller les bandes.

    Votre coffrage maintenant réalisé, il ne reste plus qu’à le poncer, le dépoussiérer, y appliquer un enduit et le recouvrir d’une sous couche.

    Bon à savoir sur le plâtre :

    ·   Au moment de la pose, la longueur des vis doit être supérieure à la largeur du tasseau afin qu’il y ait une bonne prise dans le mur.

    ·  Si vous n’avez pas la possibilité d’effectuer une coupe à 45° pour  l’assemblage des plaques de plâtre, il vous est toujours possible de les fixer bord à bord. Mais pour cela, faites attention car les longueurs ne seront plus les mêmes. Déduisez sur une des longueurs l’épaisseur du matériau.

  • jardinage : Comment transformer l’arbre ou l’arbuste en bonsaï ?

    bonsai.JPGAvant de se lancer dans le modelage de l'arbre, il faut s'imprégner de son caractère. Ne pas partir avec des idées toutes faites et inadaptées aux possibilités offertes par le végétal. Dans l'art du bonsaï, l'homme ne va pas à l'encontre de l'arbre, mais s'associe à lui.Voir notre article sur La réalisation d’un jardin japonais traditionnel

    la taille de formation de l'arbuste futur bonsaï

    En fait, il faut discerner deux sortes de tailles : la taille de formation (ou modelage) et la taille d'entretien.

    La première consiste à enlever les branches et les branchettes sans intérêt pour ne garder que celles qui donneront le style ou l'aspect recherché.

    La deuxième a pour rôle de conserver ce que l'on aura obtenu par la taille de formation et empêchera que l'arbre ne se déforme et ne perde la silhouette choisie (cette dernière n'est présentée qu'après le ligaturage car elle se situe après celui-ci dans la marche à suivre).

    La taille de formation aussi appelée taille de structure ou taille rigoureuse.

    Elle s'effectue à la fin de l'hiver : avant le rempotage ou au même moment du rempotage.

    On commence par supprimer les branches qui sont mal placées ou mal conformées ou encore inutiles. On coupe les branches fortes avec la pince coupante à lames concaves, puis on mastique soigneusement.

    Le ligaturage

    Son seul et unique but est de changer la position et la forme du tronc et des branches pour moduler l'arbre au style choisi.

    Il s'agit d'enrouler un fil de cuivre ou de laiton autour d'une tige encore souple pour orienter sa direction, donc sa forme.

    Caractéristiques des différentes ligatures :

    Plus la branche à ligaturer est épaisse, plus le fil utilisé est fort.
    3 types de fil métallique : le fer (s'oxyde avec le temps), le cuivre (le plus raide, coûte cher et ne se réutilise pas), l'aluminium (le plus souple, se déligature facilement, mais cher car importé du Japon).

    Quand ligaturer ?
    Les conifères peuvent être ligaturés toute l'année, excepté lors de la pousse des nouvelles aiguilles, car elles sont fragiles et cassantes. La meilleure époque est l'hiver.
    Les feuillus se ligaturent aussi en hiver, mais il faut penser qu'au printemps, les branches grossissent rapidement et cela risque de laisser des marques sur l'écorce. Aussi, en hiver, il est préférable de ligaturer un peu lâche et un peu plus serré en été.

    ATTENTION : contrairement à ce que l'on croit (et à ce que l'on voit parfois sur de malheureux bonsaïs), les ligatures ne restent pas indéfiniment sur l'arbre. À chaque saison, on déligature et on religature tant que la forme recherchée n'est pas atteinte.

    Les délais d'application sont de 3 à 6 mois pour les feuillus et de 2 à 18 mois pour les conifères.

    On déligature soit à la main, soit à l'aide des pinces coupantes, ceci dès que l'écorce forme un léger renflement autour du fil métallique.

    La ligature n'empêche pas l'arbre de grandir comme certains le pensent, mais elle ralentit le mouvement de la sève pendant quelques temps. C'est pourquoi il ne faut jamais ligaturer un arbre venant juste d'être rempoté et réciproquement, pas plus que les arbres trop jeunes ou ceux affaiblis par une maladie.

    La taille d'entretien de l'arbre (aussi appelée taille douce) :

    Elle se pratique au début du printemps pour l'éclaircissement des branches, au printemps et en automne pour le pincement et en été pour la défoliation. Son intérêt principal est de conserver la silhouette acquise par la taille de formation, mais elle donne aussi aux branches la possibilité de reformer rapidement des bourgeons.

  • La leçon de déco de JP Gaultier

    Le 6 Mai 2010 avait lieu à la Cité de larchitecture la présentation presse de la suite imaginée par Jean-Paul Gaultier pour un célèbre magazine de déco

    Le concept de cette opération, c'est une carte blanche donnée à un créateur de mode , lequel peut alors librement transposer son univers à celui de la maison.

    gauthier.JPG

     

    Sans surprise, mais pas sans plaisir non plus, la première pièce reprenait le code n°1 de la maison Gaultier : la marinière. Mais une marinière revue à la sauce Morphing, autrement dit à la manière de Jurgen Bey : tous les meubles (Roche Bobois) étant recouverts de Lycra, comme dématérialisés. Une présence quasi ectoplasmique, à mi-chemin entre la Belle et la Bête et le restaurant/bar Sketch à Londres.


    La seconde ambiance était plus inattendue avec cette végétation envahissant tout. Certains y ont vu une allusion à Avatar, mais Jean-Paul Gaultier évoquait de manière autrement plus poétique le souvenir dune petite place, en Italie, sur laquelle la nature aurait entièrement repris ses droits.

    Enfin, la 3ème ambiance nous replongeait dans la genèse de l'oeuvre avec cet étonnant travail sur la résille (au sol et au mur) et le satin rose chair. Point d'orgue de cette mise en scène : une robe de poupée formant couvre-lit :

    fautieul.JPG

  • Rénovation d'une douche

    Comment rénover sa douche efficacement ?

    On choisit le revêtement, ce qui permet d’intégrer au mieux la douche dans la salle de bains (sans rupture de style ou de matériaux).

    Pas de porte, de pare-douche ou de rideau (dont on ne sait jamais très bien s’il faut le laisser ouvert ou fermé pour éviter la formation de moisissures).

    Fini le pommeau maigrelet dont le flexible finit inexorablement par se tordre, s’entortiller et par ressembler à ces grattoirs métalliques avec lesquels on récure les casseroles. A la place : une pomme de douche XXL (enfin, on dit « pomme de tête » quand on est initié) fixée au plafond (sans flexible donc) et qui permet de retrouver les sensations d’une fine pluie d’été (pour ceux que le concept de pluie d’été fait rêver).

    Carrelage de la douche pour l'étanchéité

    Les deux principaux fabricants de carrelage présents sur le marché (Wedi et Lux) proposent des kits complets (bandes d’armature et d’étanchéité, siphon, etc.) pour réaliser le cuvelage, mais mieux vaut être un bricoleur averti ou faire appel à un carreleur professionnel .

    Parce qu’il ne s’agit pas seulement de réussir cette étanchéité (ce qui n’est déjà pas une mince affaire), de réaliser la chape et de bien positionner (et, souvent, ajuster) le receveur selon l’emplacement du siphon... Il faut aussi l’habiller et passer des heures et des heures à créer le calepinage avec le revêtement de votre choix (carrelage, mosaïque, galets, etc.) pour qu’il facilite l’évacuation de l’eau, puis réaliser les joints... Ouf !

    Euh non, pas "Ouf", il reste encore les travaux de plomberie pure.

    Bref, c’est plutôt une mission à confier à un (très bon) plombier… Lui seul vous fournira toutes les garanties, dont la fameuse garantie décennale en cas de problème (fuite, infiltration, etc.).

    douche.JPGMais l’argument ultime, surtout pour les grands gabarits comme moi (1,88 m au garrot, tout de même), c’est l’absence de pare-douche et de limites pour les dimensions de la douche. Vous savez de quoi je parle : qui n’a pas expérimenté (à l’hôtel, chez des amis, voire dans un appartement en location) ces « caissons» d’à peine 90 x 90 cm, que l’on ferme par une porte vaguement coulissante et dont les parois en PVC (auxquelles ont se heurte généralement une bonne dizaine de fois quand on se savonne les pieds) s’encrassent gentiment mais sûrement avec le temps et le mélange calcaire/shampoing/gel douche. Mais venons-en à l’objet de cette note : la douche à l’italienne, est-ce que ça peut s’installer n’importe où ? Dans l’absolu, oui. A quelques conditions toutefois :

    Que l’étanchéité (au niveau du sol, comme au niveau des murs) soit réalisée de manière irréprochable par la Carreleur.

    Que la pente soit telle qu’il n’y ait aucun risque de stagnation de l’eau. Parce que si l’eau trouve un interstice dans lequel se glisser, c’est le dégât des eaux assuré.

    Que la hauteur sous plafond soit suffisante pour que vous ne vous heurtiez pas à la fameuse douche de tête...

    Ainsi rénover sa douche en entier est un véritable chantier qu'il vaut mieux confier à des artisans professionnels !

     

  • Une fenêtre qui se transforme en balcon

    le monde de la menuiserie - Kawneer pour être plus précis - est sur le point de nous gratifier d'une invention assez bluffante : la fenêtre balcon.

    Autrement dit, ça : balcon.JPG

     

    Alors, peut-être que cela va vous laisser de marbre (mais je serais déçu), mais moi, je trouve que c'est tout simplement ré-vo-lu-tion-naire. Présentée en exclusivité au prochain salon Equip'baie (du 18 au 21 novembre prochain à Paris Expo-Porte de Versaille), cette Bloomframe (c'est son nom) est une vraie innovation. Un pas de géant dans l'univers de la menuiserie.

    Le double châssis articulé permet de transformer - via de puissants leviers et  une motorisation électrique intégrée - une "bête" fenêtre en un adorable balcon de 3 mètres de largeur... Et ce en seulement quelques secondes !

    Pour l'instant, son installation est réservée aux logements neufs, mais peut-être peut-on déjà rêver qu'elle soit un jour envisageable dans le cadre d'une rénovation. Ca donne envie, non ?

  • La piscine monocoque polyester

    Description d'une piscine monocoque polyester

    Cette piscine assure elle-même son étanchéité de part sa coque, vous n'êtes donc pas tenu d'y rajouter un revêtement. Elle est moulée en usine et est fabriquée à partir de fibre de verre et de résine de synthèse (résine polyester et résine vinylester) qui assurent une résistance aux UV, aux agressions et une très bonne résistance mécanique. Cette piscine existe de fonds, de formes et de tailles différentes.

    Son installation est rapide mais la mise en place devra se faire par un professionnel. Peu de travaux de maçonnerie seront à faire, un peu comme les blocs coffrant isolant piscine , utilisés pour les piscines en kit bio-climatique.

     piscine-monocoque-pose.JPG

    Revetement polyester de la piscine

    Le polyester est un revêtement indépendant du bassin assurant l'étanchéité de celui-ci.

    Avantages d'un revêtement polyester pour piscine
    :: Pose simple,
    :: S'adapte à toutes les formes et à tous les types de piscines.
    :: Se répare facilement
    :: Existe de plusieurs couleurs différentes.
    :: Possède une très bonne résistance dans la durée.

    Inconvénient d'un revêtement polyester pour piscine
    _ Coût plus élevé qu'un liner.

    Recommandation
    N'oubliez pas de passer du gel-coat tous les 6 à 8 ans.

     

  • Arrosage au programme cet été

    Le temps est pourtant pluvieux, crachineux et laisserait à penser que rosiers, dahlias et arbustes plantés de frais n'ont pas besoin d'être arrosés. Que nenni, le vent chaud et froid qui souffle fort depuis quelques semaines assèche et empêche l'eau du ciel de bien faire son travail. Ma terre argilo-calcaire se fendille joyeusement et certains chemins ressemblent à des oueds desséchés.

    Pourtant le printemps fut fort occupé avec binage consciencieux de tous les massifs, apport conséquent de paillis fertilisant et pose raisonnée de tuyaux poreux ( si vous avez testé de bons modèles, partagez car j'en ai essayés plein et je n'ai pas encore trouvé le modèle miracle) .

    arrosage.JPGEt cl'ou des travaux, installation d'une cuve de récupération d'eau de pluie ( 3000 litres) et de la pompe qui va bien pour arroser "gratuitement" tout le jardin. Gratuitement peu être  mais après amortissement du coût complet de l'installation (plus de 5000 euros quand même) et avec un désagrément auquel je ne m'attendais pas. L'arrosage est un moment agréable, le soir après les grosses les chaleurs . Il donne l'occasion de voir de près les plantes en fleurs, de vérifier tel tuteur ou de récupérer quelques loches affamées dans les hostas.

    Mais je dois dire que l'eau qui sort de ma citerne a une vraie odeur de pourri pas fameuse du tout. Du coup, l'arrosage devient une corvée ! En consultant quelques sites, les odeurs sont liées à la présence de particules qui restent à la surface de l'eau et au fait que la citerne, malgré les grosses pluies de printemps n'est pas remplie, d où fermentation à l'air.... Si vous avez une solution je suis preneuse. Je pensais mettre un poil de chlore dans la citerne  mais je ne suis pas sûre que cela supprimera les odeurs.

    En attendant, l eau utilisée n est pas potable car trop acide et bien sûr non filtrée,  mais les hortensias, les camellias, les érables du Japon  l'adorent et en redemandent. Ils n'ont jamais été aussi beaux et je suis sûre que c est grâce à cette eau acide qui les changent de l eau calcaire du robinet.

    Autre leçon de ce drôle d été, un orage ne suffit pas pour bien arroser. Les jeunes arbres ont besoin de leur 20 litres par semaine et je mets au moins 5 litres par rosier par semaine également. J'ai remarqué les rosiers bien arrosés et bien paillés résistaient mieux au marsonia et à loïdium. Idem pour les hostas et les hortensias bien sûr dont le feuillage flagada est le signe avant-coureur d'une grosse crise de soif. Attention d'ailleurs car en deça d'un certain taux d'hygrométrie, l'hortensia ne s'en remet pas et est bon pour la casse ..